Evaluation et prédiction de la qualité de l’eau du territoire de l’Adour basées sur le traitement et l’analyse de données

 

Depuis 2008, l’Agence de l’eau Adour Garonne accompagne un Plan d’Action Territorial (PAT) de la nappe alluviale de l’Adour, avec comme objectif de mobiliser tous les acteurs du territoire afin de reconquérir la qualité de l’eau de la nappe de l’Adour. Ce PAT se traduit par la protection des captages d’eau potable contre les pollutions diffuses (pesticides, nitrates) ainsi que la préservation globale du milieu naturel en réduisant ces mêmes polluants.

De nombreuses actions ont été conduites depuis 8 ans sur le territoire, parmi lesquelles :

  • l’accompagnement de la majorité des collectivités du territoire (plans de désherbage dans les communes, zéro phyto pour l’entretien des routes, meilleure fertilisation des

stades...),

  • le changement de pratiques des agriculteurs (réduction des quantités d’engrais et de
  • pesticides, modernisation du matériel, développement de l’agriculture biologique...), 
  • la sensibilisation du grand public aux bonnes pratiques (éducation à l’environnement

dans les écoles, jardinage sans pesticides...). 

 

Ces changements durables de pratiques doivent être évalués au regard de l’amélioration de la qualité de l’eau sur le territoire. Une telle évaluation est délicate aujourd’hui et fait appel à des études scientifiques, car le milieu naturel (climat, sol) joue un rôle important dans la régulation de la qualité de l’eau. Des variabilités spatiales et temporelles sont observées et méritent d’être analysées. 

Le travail de recherche qui sera mené s’intéresse à la problématique de l’évaluation de la qualité de l’eau sur le territoire de l’Adour. Cette problématique soulève plusieurs questions : par quoi est influencée la qualité de l’eau de la nappe de l’Adour ? Le climat est-il prépondérant ou non ? Dans quelle proportion les pratiques agricoles ou les autres activités humaines jouent- elles un rôle ? Peut-on prédire la qualité de l’eau en fonction des pratiques agricoles et autres facteurs climatiques ?

L’enjeu est donc de croiser entre elles de données massives, archivées depuis plus de 30 ans, afin de répondre à ces questions : données sur la qualité de l’eau (utilisation des nitrates, des pesticides...), sur la quantité d’eau utilisée (débits et hauteurs de nappe), sur le climat (pluviométrie, températures, évapotranspiration...), sur les pratiques agricoles (assolement, consommation d’eau pour l’irrigation...), et sur d’autres données issues des études spécifiques d’hydrogéologie sur certains captages. Cela permettrait de définir dans le futur les plans d’action prioritaires à conduire. 


Mots-clés
Analyse de données; apprentissage automatique; big data; machine learning; prognosis and diagnosis
Établissement
Ecole nationale d'ingénieurs de Tarbes (ENIT)
65000 Tarbes  
Directeur
Pr Kamal Medjaer
Co-encadrants
Dr Raymond Houé Ngouna
Date de début souhaitée
01/11/2017
Langues obligatoires
Français
Date limite
01/12/2017
Informations de contact

Kamal Medjaer,
LGP/ENIT,
kamal.medjaher@enit.fr
05.62.44.27.19