Forum Industriel de l’Intelligence Artificielle – 2016

Je veux remercier tous les participants à cette journée et bien sur en premier ceux qui ont pris le temps de réaliser les présentations plus bas. Je veux aussi remercier l’AFIA et Télécom Paris tech pour la gestion de la logistique. Je rappelle à tous que le Collège Industriel a besoin de vous et donc j’invite encore une fois tous les industriels qui le souhaitent à nous rejoindre.

Organisation et participation

Le Forum s’est déroulé dans les locaux de Télécom Paris Tech le 14 avril 2016

Télécom ParisTech
46 rue Barrault
Paris 13ème

Les participants ont été nombreux du monde industriels surtout pour une première journée. Malheureusement la participation des académiques de l’association fut insuffisante pour nourrir un échange nourri. Les discussions furent nombreuses mais entre les industriels eux mêmes du fait de leurs caractéristiques très diverses (de la société d’une personne à la multinationale et du conseil en Ingénierie des connaissances à la réalisation d’avions). La liste est accessible en suivant ce lien. Il manque de temps en temps des informations mais je compte sur chacun pour me les envoyer (voir l’adresse en dessous).

Pour toute information ou question, contactez Bruno Patin.

Présentation du Forum

  • Depuis janvier 2016, l’AFIA s’est doté d’un Collège Industriel. L’un des objets de celui-ci est de promouvoir les interactions avec le monde académique.
  • L’un des outils est la mise en place d’un Forum Industriel dont l’objectif est de permettre aux deux communautés académiques et industrielles de dialoguer. Dans ce cadre, la première édition de ce Forum Industriel a eu lieu cette année avec pour objectif d’initier ce dialogue par une présentation du Collège Industriel puis quelques présentations de ses membres fondateurs afin de donner une première image des besoins de recherche en Intelligence Artificielle de l’industrie.
  • Il est à noter qu’une session a été réservée à des présentations rapides, pour les industriels invités le souhaitant, des préoccupations de recherche. On trouvera plus bas plus d’explications.
  • Cette première édition constitue l’acte fondateur du collège après deux années de gestation. Le texte de fondation est accessible à tous : Accord du Collège Industriel.
  • Une page est en construction afin de fournir toutes les informations nécessaires sur le Collège Industriel.
  • Les actes sont d’une part accessibles sur cette page (voir les liens plus bas) et, d’autre part, un bulletin reprendra tout ou partie de la journée (les bulletins sont un des moyens de communication de l’association, voir la page Bulletins).

 

Présentations réalisées

Les différentes sociétés ont eu pour objectif de présenter leur utilisation actuelle et future des technologies de l’Intelligence Artificielle. Les présentations sont accessibles en suivant les liens des différents titres.

AFIA – Le Collège Industriel – Une opportunité pour les acteurs industriels de l’IA – Bruno Patinplanches
Le propos de cette présentation sera de présenter le Collège Industriel de l’AFIA qui a été lancé en 2016 et était en gestation depuis deux ans. C’est un outil de relation avec le monde académique qui passe à travers l’association qui lui offre un support pour son travail. On explique la façon dont pour l’instant ses membres fondateurs perçoivent son rôle ainsi que les éléments concrets de son programme de travail qui se traduit d’ores et déjà par la création de ce forum.

Dassault Aviation “ Décision dans les systèmes mixtes “ Stéphane Durand – planches
Le monde de l’aéronautique est confronté depuis longtemps à la montée en puissance des systèmes artificiels et de leurs capacités croissantes à produire des décisions. Dans le contexte de la présence forte de l’homme à tous les niveaux de cette décision, il est nécessaire de préciser la façon dont les deux composantes s’articulent. Le propos de cet exposé est de présenter ce contexte, ses contraintes et la façon dont Dassault Aviation perçoit les apports et la place des technologies liées à l’intelligence artificielle dans ce système mixte aujourd’hui et dans le futur.

ARDANS – Des systèmes experts à l’ingénierie de la connaissance, l’évolution pragmatique de l’IA dans l’industrie – Alain Berger – planches
Les premiers ingénieurs de la connaissance ou ingénieurs cogniticiens sont apparus dans l’industrie avec l’arrivée des systèmes experts dans le milieu des années 1980. Les mutations des technologies, les évolutions du rôle de l’informatique dans les organisations, la confusion issue de la vulgarisation du « knowledge management » font que ce métier d’ingénieur de la connaissance reste méconnu et ce malgré toute sa valeur ajoutée.
Comme l’humain est au coeur du processus de discernement du savoir et qu’un silence règne sur l’économie liée à cette valeur ajoutée issue de la formalisation des expertises, avec ces nouveaux outils, la dynamique de développement de la discipline trouve maintenant un deuxième souffle riche en perspectives.

HUAWEI – Quelques aspects liés à l’IA chez Huawei – Arnaud Lallouet – planches

MONDECA – La gestion des connaissances dans l’industrie – Christophe Prigent et Gilles Delaporte – planches

THALES – Les senseurs et l’Intelligence Artificielle – Thierry Lamarque- planches
Les enjeux industriels de l’Intelligence Artificielle dans le monde de l’automobile, de la banque, de la logistique ou encore de la médecine ne sont plus à démontrer. De façon plus large, les dernières avancées en Intelligence Artificielle bénéficient également aux secteurs d’activités d’un groupe comme Thales, que ce soit dans la Défense, le Transport ou encore la Sécurité. Nous verrons, à travers quelques exemples concrets, ce que ces approches peuvent apporter aux produits du groupe Thales. Nous présenterons en particulier la mise en Å“uvre d’algorithmes de « machine learning » pour l’analyse vidéo temps réel et une approche biomimétique d’apprentissage sur des capteurs pour la robotique.

IBM – Introduction à l’Optimisation Cognitive – Eric Mazeran – planches
« Cognitive Optimization » est un projet de R&D peu médiatique à ce stade, en cours de maturation au sein du France Lab d’IBM qui vise à aider des non spécialistes d’Optimisation (nous couvrons la Programmation Mathématique (MP) et la Programmation par Contraintes (CP)) à créer un modèle d’optimization, en interprétant le modèle de données et surtout en interprétant les intentions et les précisions données en langage naturel par l’utilisateur. Des recherches en matière d’élicitation, de représentation d’intention, de constitution d’ontologies de modèles prescriptifs, et de configuration de modèle d’optimization sont nécessaires et mises en oeuvre pour mener à bien ce projet qui fera l’objet d’une courte démonstration. Ces travaux seront brièvement mis en contexte dans l’ensemble des activités qu’IBM déploie pour que les techniques d’IA soit valorisées dans de nombreuses applications.

AFIA – IA : Thématiques de Recherche et Services à l’Industrie – Yves Demazeau (Président de l’AFIA) – planches
L’Intelligence Artificielle (IA), en tant que science de l’intégration de systèmes, couvre près de de la moitié des thèmes de recherche en informatique. Nous présentons les dix directions de recherches majeures en France, des plus traditionnelle comme l’ingénierie des connaissances, au plus récentes, comme les systèmes multi-agents. Nous présentons ses domaines d’application de l’IA les plus en vue, et particulièrement l’aide à la personne, les transports intelligents, et les réseaux sociaux. Nous concluons en présentant les perspectives d’avenir de l’IA, et proposons des principes à suivre pour dépasser les limites actuelles.

Un format court avait été proposé avec un succès réel. Voici les présentations :

 

Fil twitter : M.Berger a mis à jour un fil twitter dont voici un enregistrement par ce lien

 

Premières Conclusions

Les conclusions à tirer de la journée sont multiples et donneront lieu, après exploitation, à la rédaction d’une participation au bulletin AFIA du mois de juillet. Il ressort malgré tout de l’ensemble de la journée, le besoin de mieux extraire de cet ensemble de données, qui maintenant nous assaillent, un peu de sens, de signification au delà de la simple reconnaissance de motifs dans celles-ci. Cela est le préambule à de meilleures interactions avec les systèmes et est aussi la condition à la meilleure prise de décision. Les approches semi-supervises comme celle illustrée par IBM montre la capacité à éventuellement remplacer cette extraction automatique, quand elle n’est pas possible, par des entrées complémentaires de l’opérateur. Il faut noter que cette approche se défend dans des contextes non contraints mais devient difficile en cas de limite dans le temps de la réflexion (le contexte aérien en est un excellent exemple).